Articles

<< <  Page  2 sur 33  > >>

Après 50 ans de fonctionnement de l’usine marémotrice, inaugurée le 26 novembre 1966, l’envasement et les dangers qui pèsent sur l’estuaire sont bien visibles. Face à ces menaces, le Collectif des communes riveraines de la Rance depuis 2014, puis COEUR Emeraude en lien avec la Région Bretagne en 2015, ont entrepris d’obtenir de l’Etat et d’EDF la mise en œuvre d’un plan d’actions reprenant les propositions de la Commission Estuaire Rance. Lors de l’Assemblée Générale de Rance-Environnement début 2016, Henri Thébault rapporteur de la Commission, avait développé l’évolution positive de cette démarche Depuis, même si les discussions se poursuivent au niveau régional et au niveau national, il nous parait primordial de faire le point sur l’évolution du projet.

C’est pourquoi notre association organise, conjointement avec la FAUR,
un cycle de 4 conférences : “ Sauver l'estuaire de la Rance, où en est-on ?”

Dans celles-ci, Henri Thébaut  fera le point sur les avancées du projet, sur les freins qui subsistent aujourd’hui et sur les différentes hypothèses qui en résultent pour le devenir de l’estuaire. Volontairement courtes, ces conférences seront suivies d’un temps d’échanges entre participants sur ce qui peut être entrepris pour faire aboutir le projet au plus vite.

C’est le moment où  jamais  de nous mobiliser pour sauver l’estuaire !

Les incidents de navigation sont de plus en plus fréquents en Rance, en particulier aux abords de l'écluse du Chatelier. C'est la conséqence de l'envasement de l'estuaire, de l'inefficacité du piège de Lyvet, et également du non-respect par EDF des hauteurs d'eau que l'entreprise programme pourtant chaque semaine. Des bateaux avec des tirants d'eau voisins de 1m50 se sont  échoués dimanche 11 septembre 2016. Quelques jours plus tard, la Subdivison Canal d'Ille et Rance de la région Bretagne a publié un avis de restrictions des conditions de navigation entre Plouër et Lyvet, limitant à 1 mètre le tirant d'eau des navires quand la cote aval descend à 8m50 à St-Suliac. Les navires d'un tirant d'eau supérieur à 1m devront quant à eux, avant de s'engager plus en amont, entrer en contact à l'écluse du Chatelier afin de vérifier si les conditions sont réunies pour leur passage.

En réaction à cette situation, Rance Environnement a adressé un courrier à la DDTM 35 (Délégation à la mer et au littoral) et à la Direction déléguée aux voies navigables de la région Bretagne pour savoir si des actions concrètes étaient envisagées afin de rétablir rapidement la continuité des conditions de navigation en Rance.

 
Pascal Bazile tient le blog de l'association "L’Étang Nouveau" qui a pour objet entre autres de reconquérir l’Etang de Berre du point de vue environnemental. Pour comprendre ce qui s'est passé sur l'étang, il fait régulièrement des études de comparaison avec d'autres sites ayant subi des transformations de leur écosystème. Le lien ci-après donne accès au rapport qu'il publie sur l'estuaire de la Rance suite à sa rencontre avec Rance Environnement début août 2016.

Deux cas d'échouage en Rance ces jours derniers qui viennent confirmer ce que nous dénonçons dans notre dernier Fil de la Rance d'août 2016. Pour naviguer en Rance, il ne suffit plus d'être bon marin, il faut aussi avoir de la chance !…

Ce numéro spécial est destiné à informer le plus largement possible sur les conséquences environnementales de l’usine marémotrice. Il veut aussi, dans la perspective du cinquantième anniversaire de l’usine marémotrice qui sera célébré le 26 novembre prochain, permettre à chacun d’apprécier à leur juste valeur les discours officiels et les promesses qui seront faites lors de cet évènement.

Page précédente : Adhésion